Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Montréal est une cité de culture hellénique. Après avoir révélé le patrimoine de l’hellénisme antique lors de l’exposition «d’Agamemnon à Alexandre le Grand», notre ville accueille l’un des représentants les plus estimés de la créativité grecque d’aujourd’hui. Tant par sa biographie que par ses pérégrinations, Kostis Georgiou aurait pu revendiquer pour lui-même d’entrée de jeu la maxime d’Héraclite «Je me suis cherché» et aboutir à la boutade attribuée à Picasso «Les autres cherchent, moi je trouve» !
Kostis Georgiou est né à Salonique en 1956; il a étudié auprès de maîtres reconnus en Grèce, en Suède, au Royaume-Uni, en Italie, pour enfin se fixer à Athènes, où il continue de créer d’une activité protéique et polymorphe en peinture, sculpture, musique et poésie. Un homme de la renaissance en pleine modernité. Il a réalisé plus de 90 expositions solos dans des musées et des galeries et il a participé à plus de 300 expositions de groupe de par le monde.

La Galerie MX expose des toiles et des sculptures de Kostis Georgiou du 9 au 23 juin. À l’étonnement suit le ravissement. D’abord sa peinture vous attire et vous interpelle par ses couleurs primaires – du rouge, du bleu et du jaune à profusion – et par ses sujets : des personnages sans visage, des acrobates de cirque, des baigneuses, dans des compositions étudiées où les couleurs imposent l’intériorité de l’artiste et confondent le visiteur qui songe aux «Correspondances» de Baudelaire ou aux «Voyelles» de Rimbaud. Serait-ce un néo-expressionnisme ? C’est plutôt la voie solitaire du sourcier qui fait jaillir l’éblouissement. La figuration semble sourdre de l’abstraction en étalant des cris visualisés.

La sculpture de Kostis Georgiou procède d’une méthode toute différente : la matière et la troisième dimension donnent aux objets créés une fluidité chez les uns et une austérité chez les autres. D’une part des formes issues de l’aérodynamique métaphysique et par ailleurs des corps burinés et torturés, réduits à leur structure anémique. Du peu de matière s’exalte l’âme de la forme. Une forme substantielle, dirait-on en plagiant Aristote.

Nul doute que l’amateur d’art montréalais saura se repaître de beauté plastique grâce à cette exposition d’un artiste aussi original que profondément hellénique, qu’on a tout intérêt à mieux connaître.

– Jacques Bouchard

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Vous désirez voir en primeur les dernières œuvres et nouvelles de la galerie ?

Obtenez un aperçu privilégié en vous inscrivant à notre infolettre mensuelle.
Ne plus afficher

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.