Jean-François Roy vit et travaille à Montréal. Diplômé de l’école d’architecture de l’Université McGill, il est employé par diverses firmes avant de se concentrer sur l’enseignement de l’architecture à partir de 2004. Il obtient en 2015 une maîtrise ès arts de l’École de design de l’UQAM pour une recherche portant sur le potentiel d’application des pliages de type origami à l’échelle architecturale. Jean-François poursuit depuis ses recherches en réalisant des sculptures d’origami de tailles variées, des bas-reliefs, des installations et des œuvres sur papier.

Ma démarche artistique s’inscrit dans la longue et riche tradition du pliage géométrique. Suite à un intérêt initial pour l’utilisation de l’origami comme générateur d’espaces, j’ancre désormais mes recherches artistiques sur la tectonique et les caractéristiques spatiales propres aux sculptures basées sur les principes de l’origami. Ces sculptures présentent à mes yeux une poésie matérielle distinctive. L’ondulation induite par le pliage introduit une rythmique unique, qui à son tour procure une variation lumineuse pleine de nuances. La forme des objets est également transformable, un dynamisme qui s’exprime par l’éventail de variation de déploiement des motifs pliés.

Le caractère intrinsèquement changeant des pliages d’origami géométrique est un des sujets clés de ma démarche artistique. Mon processus créatif varie d’une œuvre à l’autre. Parfois, je commence par une idée de mouvement, un croquis, un schéma, et j’essaie ensuite de réaliser cette forme. Mais la plupart du temps, je commence sans objectif précis, cherchant simplement à développer un visuel distinctif ; ou encore, en voulant répondre à des contraintes spatiales spécifiques. Ce travail se fait directement sur la matière (papier ou carton jusqu’à présent), et c’est lors de ces périodes de recherches que des erreurs ou des variations apparaissent, permettant ainsi l’éclosion de nouvelles séries. Le caractère tectonique est donc intrinsèque (et vital) à mon travail : c’est ce qui me permet de faire des découvertes et de repousser toujours plus loin les limites du pliage géométrique.